Série de nus en papiers découpés. Ils font échos au rapport au corps ambigu et poétique décrit dans « Hygiène de l’assassin » d’Amélie Nothomb.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *